Rechercher

Entre ciel & neurosciences #3


Hélicoaching & Intelligence Emotionnelle.

La conscience de soi émotionnelle, sa gestion du stress, sa capacité à résoudre des problèmes et prendre des décisions en situation de stress sont des fonctions clés dans l’intelligence émotionnelle. L’EQ-i est l’outil reconnu pour diagnostiquer et évaluer l’Intelligence Emotionnelle par une méthode déclarative papier indépendamment du contexte, à un instant t. L’Hélicoaching se positionne comme un outil incontournable pour seconder l’EQ-i. Il pourrait permettre d’évaluer, en pratique cette fois, certaines compétences émotionnelles ; mais également, un outil permettant de servir un 2ème objectif d’amélioration des performances et des capacités émotionnelles et sociales.

Dans un environnement évolutif et constamment mouvant au travail, nos raisonnements, nos choix, nos impressions, nos émotions varient de façon dynamique en fonction du contexte, du jour, de l’humeur, de l’environnement, des situations de stress/pression, du contexte émotionnel. L’Hélicoaching pourra permettre d’améliorer ses compétences émotionnelles/prises de décision, en situation de stress et de forte pression émotionnelle, qui seront mises à l’épreuve pendant l’activité.

Le debrief est également l’occasion de revenir sur l’activité afin de progresser. Classiquement, le débrief est l’occasion de se rendre compte des différences entre :

> la réalité perçue par les participants sur ce qu’ils ont vécus, comment ils l’ont vécu, ce qu’ils sont capables de retranscrire et comment ils ont eu l’impression de faire face au stress et aux émotions (mémoire expérientielle et conscience de soi totalement subjective)

> La réalité perçue par le coach en tant que personne externe, experte et formée à l’activité et à la formation (réalité objective en terme d’activité et d’objectifs de formation ; mais évidemment subjective et personnelle en terme d’interprétation et d’observations des participants).

> La réalité objective est difficile évidemment à appréhender mais il existe des outils intéressants à mettre en place. Par exemple, regarder une vidéo a postériori de l’activité pour évaluer au calme la façon dont les participants ont réellement réagi en situation. On observe souvent un fort décalage entre ce qui parait extérieurement et ce que les participants ont ressentis et expérimentés.

Pour aller plus loin et objectiver les comportements humains

Des outils neurotechnologiques offrent aujourd’hui l’opportunité d’accéder à la dimension dynamique, fluctuante, subjective, inconsciente de notre IE. Il existe aujourd’hui des outils très innovants qui permettent en posant juste un casque sur la tête des participants ou avec des oreillettes uniquement de suivre leur état cognitif en conditions réelles. En utilisant des mesures physiologiques (fréquence cardiaque, activité électrodermale, état cognitif), nous pouvons :


> Objectiver l’IE en s’intéressant aux réactions intrinsèques, physiologiques, inconscientes des individus.

> Appréhender l’IE et l’état cognitif des collaborateurs de façon dynamique, transitoire, en situations réelles (activité ou travail).

Ces outils permettent d’aller plus loin dans l’objectivation des comportements humains et peuvent s’avérer pertinent en appui d’une démarche traditionnelle pour proposer une approche innovante. Ils pourraient par exemple permettre de voir (simplement avec une jauge sur ordinateur ou tablette) l’état cognitif des participants, la gestion des émotions, du stress, leur engagement durant l’Hélicoaching. L’intérêt surtout de cette approche est de permettre de donner un feedback aux participants ; on parle de neurofeedback. Il peut prendre plusieurs formes :


> En conditions réelles, en indiquant à l’aide d’une jauge aux participants leur état cognitif en temps réel pour leur apprendre à maitriser et réguler leur stress et leurs émotions durant l’activité (avec pour visée un objectif d’amélioration des compétences)

> En fin d’activité pour donner un feedback aux participants sur ce que leur corps et leur cerveau ont vécu et expérimenté pendant cette expérience. Il existe des solutions couplées à la vidéo pour pouvoir visualiser avec tous les participants certains passages d’une activité associée aux constantes physiologiques en temps réel (dans un objectif de diagnostic, d’évaluer des compétences et de discussion pour lier l’expérience vécue à la réalité perçue).

Ces outils sont très innovants et présentent un fort potentiel dans le cadre d’audit de formation (pour évaluer l’impact cognitif d’une formation en interne) ou pour adapter les conditions de travail à l’état cognitif des collaborateurs (lien).

Plus que le concept, les neurosciences cognitives questionnent la démarche et les outils pour proposer des formations et des expériences « neuro-performantes » et efficaces d’un point de vue de l’apprentissage, des rythmes biologiques, de la charge cognitive, de l’adéquation entre les objectifs de formation, les méthodes utilisées et les acquis fournis.


Charlotte ROLLAND,

PhDoctor Neurosciences Cognitives

NewBrain Consulting, Lyon

11 vues